J’avais « visé » et obtenu l’examen classe 3 début 2011 car la technique pour la classe 2 me semblait vraiment trop dure. Je n’avais aucune notion en radio.

Mais ce loisir étant passionnant, j’ai repris les cours et réussi la technique fin 2011.

L’examen classe 3 avait été, pour moi, un bon « tremplin » vers la classe supérieure devenue classe unique.

 

L’examen classe 3 (classe Novice avec l’ indicatif F0 ) n’existe plus depuis 2012.

L’indicatif F0 autorise une puissance de 10W avec différents modes autorisés.

La classe Novice en France n’a pas d’équivalent CEPT ( Conférence Européenne des administrations des Postes et Télécommunications ) et la station F0 doit émettre en France.


Le radio-club de la Haute île F5KFF-F6KGL a fait un excellent travail sur le radio-amateurisme et en en réglementation.

Je vous renvoie sur ce lien pour comparer les licenciés :
à partir de la page 28  http://f6kgl.f5kff.free.fr/Reglementation.pdf

Nous sommes actuellement dans le tout ou rien.

Depuis la disparition de la classe 3 (F0), le 11 m reste la seule solution actuelle pour faire de la radio (local et DX) si les candidats à l'examen radioamateur n'ont pas le niveau technique.

Une licence Novice inciterait à une progression de l'OM Novice ou Débutant vers la classe supérieure.

 

Deux licences supplémentaires pourraient être créés, en suivant des recommandations CEPT, mais ce sont les administrations nationales qui décident et la France reste sur un examen unique.

 

  • le rapport ERC 32 concerne une licence Novice.

  • L’ ECC Report 89 concerne une classe d’Entrée ( Entry-Class) .

Source R.E.F :https://www.r-e-f.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1109:erc-rapport-32&catid=4:les-actions-du-ref&Itemid=352

 

 

Les candidats n'ont pas tous le temps ou la capacité (temporaire ou non) d' atteindre le niveau HAREC .Pour débuter, des candidats Novices seraient sans doute de bons opérateurs, respectueux de la réglementation, avec une technique de base.
L'opérateur, qui aime ce loisir, doit avoir envie d'améliorer sa station, son matériel et ses connaissances, et cela doit le pousser vers une étude technique plus approfondie et vers une licence supérieure. 
La partie réglementation n'est qu'à retenir par le candidat, et il faut garder le niveau technique HAREC d’un examen qui est accessible avec un travail assidu.

Ce niveau technique actuel demandé est la garantie que le radioamateur possède les connaissances minimum nécessaires pour construire et exploiter des éléments de sa station sans agrément ou certification.


La présence de la classe Novice ou débutant n'est pas toujours probante sur le nombre de radioamateurs, car il faut reconnaître que, suivant le pays, l’effectif est variable en positif ou en négatif.
Le niveau de l'examen et le contenu des différentes licences sont aussi à comparer (CEPT ou non...).

En France, quand l’examen classe 3 existait jusqu’en 2012, les reçus F0 permettaient d’augmenter le nombre de licenciés d’environ 2/3 .

La tendance, entre 2016 et 2018, est une augmentation progressive du nombre des reçus à l’examen classe unique mais avec un taux de réussite en baisse.(source Passion Radio Blog)

Le gros problème aussi est l’arrêt de l’activité radio et le vieillissement des OM que le nombre de nouveaux licenciés ne compense pas : cela entraîne une baisse importante des effectifs.

Une page intéressante est en ligne sur le site Passion Radio Blog dont voici le lien :

https://www.passion-radio.org/blog/statistiques-radioamateurs-dmr-ccs7/76799

 

A long terme, l'effectif négatif radioamateur aura peut être une incidence sur l'attribution des bandes par l'ARCEP (car les opérateurs professionnels ont toujours  besoins de nouvelles fréquences !).
La diminution des OM provoque aussi la baisse ou la disparition d'activités commerciales.

Des pays ont une licence unique mais bien d'autres ont plusieurs licences.
Je vous renvoie vers les sites suivants surtout celui du radio club de La Haute Ile avec F6GPX qui a fait un très gros travail en réglementation notamment sur les différentes licences dans le Monde, puis le 2ème lien est le radio club de Liège ON5VL :

 

Comment attirer de futurs OM ?

Des examens et des classes appropriés sont peut-être des solutions pour que l’opérateur-radio passionné et le radio-technicien débutant ou confirmé trouvent leur place chez les radioamateurs.

 

 

Et être radioamateur est avant tout un loisir !